Corans chinois : Entretien avec Mme Annie Vernay-Nouri, conservateure honoraire chargée des manuscrits arabes à la Bibliothèque nationale de France

Dans le cadre du projet CallFront, autour du pôle Chine, Annie Vernay-Nouri, conservateure honoraire chargée des manuscrits arabes à la Bibliothèque nationale de France et co-autrice d’un article sur le papier des corans chinois[1], a pu échanger avec Johanna Cozzolino, étudiante à Sorbonne Université, dont le mémoire de Master, sous la direction d’ Eloïse Brac de la Perrière, porte sur les manuscrits coraniques chinois.

Gauche : Juz’ II d’un coran, daté du XVIIe siècle, Chine, encre noire, encre rouge, encres colorées et or sur papier, 280 x 190 mm, BNF (Arabe 7267), Paris, Folio 1v. Source : Gallica / BnF // Droite : Juz’ IX d’un coran, daté du XVIIe siècle, Chine, encre noire, encre rouge, encres colorées et or sur papier, 280 x 190 mm, BNF (Arabe 7268), Paris, Folio 1v, Source : Gallica / BnF

J. Cozzolino : Qu’est-ce qui vous a personnellement attiré dans l’étude des corans chinois ?

A. Vernay-Nouri : Ce que j’ai trouvé intéressant quand ces quatre volumes (Arabe 7267, Arabe 7268, Arabe 7269 et Arabe 7270) ont été acquis par la BnF en vente publique en 2000, c’est qu’à partir d’un même modèle avec une structure du livre établie assez vite dans l’histoire de la copie coranique, on a des traits caractéristiques qui font que, lorsqu’on ouvre un catalogue de vente, on repère tout de suite ces corans chinois qui ont une identité très forte. Conservateure au département des Manuscrits de 1993 à 2018, j’ai toujours été intéressée par les manuscrits déconsidérés, des manuscrits qui n’étaient pas « beaux ». Je trouvais qu’on avait beaucoup à apprendre de ces copies moins précieuses. Ces corans chinois répondaient tout à fait cette définition de pièces moins luxueuses que d’autres très beaux corans qui figuraient dans la collection, et je trouvais intéressant d’étudier leurs spécificités. Pour revenir à la généalogie de l’article que j’ai rédigé avec Geneviève Humbert, chercheuse à la section arabe de l’Institut de Recherche et d’Histoire des Textes, il se trouve qu’elle était spécialiste des papiers orientaux. Elle a commencé à s’intéresser au papier, puis on a travaillé ensemble sur quatre exemplaires alors récemment acquis par la BnF.

J. Cozzolino : Je souhaitais justement vous demander pourquoi cet article est centré spécifiquement sur les papiers. Vous écrivez qu’au premier abord, le papier donne l’impression d’être « arabe », dense, d’une couleur blanc-jaune et recouvert d’un apprêt consistant, mais vous vous apercevez ensuite que l’aspect « arabe » de ces papiers provient en réalité d’une technique de fabrication spéciale, puisque chaque feuille est constituée de plusieurs épaisseurs d’un papier très fin[2]. Pouvez-vous revenir sur cette caractéristique des corans chinois et son importance dans l’étude de ces manuscrits ?

A. Vernay-Nouri : Marie-Geneviève Guesdon, qui avait fait le catalogage de ces manuscrits, nous avait fait remarquer que leur papier était un peu étrange. Il était très abîmé aux coins des feuillets, ce qui nous a permis d‘observer ce qui n’aurait pas été visible sur un manuscrit en bon état. On voyait très nettement des couches de papiers disposées les unes sur les autres pour former une épaisseur. C’est vrai que quand les manuscrits sont abîmés, on voit finalement beaucoup plus de choses qui se rapporte à leur fabrication ! Et quand j’ai lu l’article de Tim Stanley sur les corans de la Khalili Collection, j’ai constaté qu’il parlait lui aussi d’un papier à plusieurs épaisseurs. Lorsque j’ai observé plus tard à la BnF les manuscrits du fonds persan qui ont été ramenés de Chine par la mission d’Ollone (1906-1909)[3], j’ai constaté qu’on retrouvait ce même type de papier, caractéristique de cette région. On peut donc dire que le papier des corans chinois répond à une tradition tout à fait locale. Le papier chinois étant très fin, il fallait assembler plusieurs épaisseurs pour les feuillets des corans car il était sans doute impossible d’écrire sur une surface trop fine avec un calame sans qu’elle ne se détériore.

J. Cozzolino : Dans votre article, vous expliquez que les corans chinois actuellement repérés auraient été copiés dans des régions très éloignées les unes des autres et depuis le tout début du XVe jusqu’au XVIIIe siècle, c’est-à-dire durant quatre siècles au moins. Pourtant, plusieurs caractéristiques indiquent que ces corans sont beaucoup plus proches les uns des autres que l’étendue de leur production dans le temps et l’espace ne le donne à penser[4]. Pouvez-vous développer une ou plusieurs explications de ce phénomène ?

A. Vernay-Nouri : Franchement non, et honnêtement je ne connais de l’histoire des Musulmans en Chine que ce que j’en ai lu et qui reste très sommaire. Vous qui étudiez le chinois et qui connaissez l’histoire de la Chine, vous avez sûrement la possibilité d’avoir une vision plus exhaustive de la place des Musulmans en Chine, et de voir si les lieux de production que l’on connait correspondaient réellement à des implantations de communautés musulmanes.

J. Cozzolino : Des pistes se dessinent, mais on a relativement peu de sources et de localisations exactes dans les manuscrits. Pour moi, la plupart des lieux de production qu’on a font sens. Il y a vraiment un important travail à faire pour retracer plus en détails les trajectoires des communautés musulmanes en Chine, et il faut étudier les sources primaires pour cela.

A. Vernay-Nouri : Je trouve vraiment intéressant l’article de Marcus Fraser[5]. Il fait remonter l’origine des corans chinois à l’Asie centrale d’où auraient été importés les premiers exemplaires servant de modèles et qui aurait été suivie de la venue d’artistes.  Il y aurait eu comme une sorte de double mouvement d’entrée, à la fois de manuscrits et de copistes. C’est extrêmement clair et convaincant dans l’article, plutôt que de se référer comme souvent à des modèles ilkhanides, il ouvre la porte à une réflexion vraiment originale.

J. Cozzolino : En ce qui concerne la calligraphie de ces corans, vous mentionnez la récurrence d’une sorte de muhaqqaq avec des caractéristiques particulières[6], ainsi qu’un deuxième style d’écriture, le sini, et vous précisez que la distinction entre ces deux styles d’écriture n’est pas facile à établir. De plus, le terme de sini semble recouvrir des styles différents élaborés en Chine, comme les sources chinoises que vous mentionnez et celles que j’ai pu consulter le signalent. D’après vous, que faire de la terminologie floue employée actuellement ?

A. Vernay-Nouri : Moi, j’aurais tendance à penser que la définition du terme « sini » fait écho aux problèmes posés par la définition des calligraphies en caractères arabes en général. Hormis celles comme le muhaqqaq qui ont été très codifiées par des calligraphes, on trouve des définitions qui varient selon les époques et les lieux mais qui ne reposent sur aucuns critères scientifiques. C’est en cela que je trouve le projet CallFront très intéressant. Le problème auquel on a été confronté lors de la rédaction de l’article, c’est qu’à l’époque, seul François Déroche s’était livré à ce travail, et il s’agissait d’une classification selon des critères paléographiques pour des écritures coufiques. On était face à un matériel mal défini. On qualifiait d’écriture sini tout et n’importe quoi. Maintenant, j’aurais tendance à dire que le sini est un terme général qui qualifie toutes les calligraphies en caractères arabes venues de Chine et qu’on observe parmi elles une certaine diversité. Il y a en effet cette écriture à base de muhaqqaq, qui, quand on la voit, semble clairement chinoise, mais il y a tout un travail à effectuer par rapport à la terminologie que sont en train d’élaborer les collègues de CallFront. On pourrait la caractériser par l’horizontalité et la largeur de ses wāw, rā’, zā’ et mim ainsi que par la finesse des traits verticaux dans le alif et le lam.

Juz’ IX d’un coran, daté du XVIIe siècle, Chine, encre noire, encre rouge, encres colorées et or sur papier, 285 x 200 mm, BNF (Arabe 7268), Paris, Folio 1v (détail), Source : Gallica / BnF
Juz’ IX d’un coran, daté du XVIIe siècle, Chine, encre noire, encre rouge, encres colorées et or sur papier, 285 x 200 mm, BNF (Arabe 7268), Paris, Folio 10r (détail), Source : Gallica / BnF

J. Cozzolino : C’est à approfondir en effet. D’ailleurs, j’ai pu consulter des sources en chinois, et il y a un chercheur, Chen Jinhui, qui travaille beaucoup sur la calligraphie en caractères arabes en Chine. Il semble identifier différents styles. Déjà Jin Yijiu, dans son article publié en 1982 en anglais[7], disait qu’il y avait trois styles de calligraphie mentionnés dans les sources chinoises : une écriture sigillaire, une écriture régulière et une écriture cursive. C’est très vague. Mais ce qui est intéressant, c’est que Chen Jinhui, lui, parle même de styles régionaux : une école du nord, une école du nord-ouest et une école du sud, et cela fait sens car ces indications géographiques correspondent à des régions dans lesquelles les communautés musulmanes étaient bien implantées. On aurait un style du sud dans les provinces du Guangdong et du Yunnan, un style du nord-ouest au Qinghai, au Gansu, et un style du nord à Beijing, dans le Shandong. Ces styles sont plutôt utilisés dans les manuscrits puisque Chen Jinhui semble s’être concentré sur ce type de calligraphie. Il a également travaillé sur la calligraphie arabe chinoise contemporaine, en remontant des lignées de calligraphes.

A. Vernay-Nouri : Parce qu’on voit quand même nettement deux types d’écriture, cette sorte de muhaqqaq, et cette écriture plus arrondie où l’on peut dire que l’influence chinoise est beaucoup plus grande. On voit ce côté pinceau, ce côté souple que tout le monde met en avant et qui a un caractère complètement ornemental.

J. Cozzolino : Justement dans un de ces articles, Chen Jinhui fait un parallèle avec certains styles de calligraphies chinoises, notamment le style « herbe folle », un style complètement délié qui aurait influencé la calligraphie arabe en Chine. Il serait intéressant de travailler sur la terminologie employée en Chine pour désigner ces styles d’écriture.

A. Vernay-Nouri : En tout cas, c’est intéressant de voir qu’il y a au moins deux styles différents. Et, je trouve que, quand on parle d’écritures ornementales, se pose le problème de la lisibilité. Nourane Ben Azzouna l’avait évoqué durant sa conférence CallFront[8], et cela rejoint des questions que je m’étais posé par rapport à d’autres types d’écritures. Est-ce que l’aspect ornemental ne primerait pas totalement sur la lisibilité ? On voit que les titres de sourates dans les corans de la BnF ne sont pas inscrits dans la même écriture. Comment peut-on qualifier celle-ci ? Une sorte de thuluth ? Parce qu’on a souvent du thuluth dans les titres de sourates des corans plus classiques du berceau du monde islamique pour se différentier du texte. Est-ce que les titres de sourates dans les corans chinois s’en inspirent avec des variantes plus locales ? En tout cas, je pense qu’il y a des choses assez curieuses qui seraient à étudier. Ce qui est sûr, c’est qu’il y a plusieurs calligraphies et qu’il est important aujourd’hui de toutes les recenser précisément. Mais c’est un travail de grande ampleur.

Juz’ XXVII d’un coran, daté du XVIIe siècle, Chine, encre noire, encre rouge, encres colorées et or sur papier, 280 x 180 mm, BNF (Arabe 7270), Paris, Folio 6r, Source : Gallica / BnF


[1] HUMBERT-KNITEL, Geneviève et VERNAY-NOURI, Annie. « De quelques corans chinois et leur papier ». In: Mélanges de l’Université Saint-Joseph, 2006, vol. 59, p. 253-267.

[2] Ibid, p. 258-259.

[3] L’objectif de l’expédition d’Ollone était de documenter l’origine des populations non assimilées ou peu assimilées qui vivent dans les provinces chinoises du Guizhou, du Sichuan et du Tibet oriental. La mission avait des visées géographiques, historiques, archéologiques, épigraphiques, ethnographiques et anthropologiques.

[4] HUMBERT-KNITEL, Geneviève et VERNAY-NOURI, Annie. « De quelques corans chinois et leur papier ». In: Mélanges de l’Université Saint-Joseph, 2006, vol. 59, p. 255.

[5] FRASER, Marcus. « Beyond the Taklamakan: The Origins and Stylistic Development of Qur’an Manuscripts in China ». In: GIBSON, Melanie (eds). Fruit of Knowledge, Wheel of Learning (Vol II): Essays in Honour of Professor Robert Hillenbrand, The University of Chicago Press, 2022.

[6] Caractéristiques notamment décrites dans CONTADINI, Anna, BAYANI, Manijeh, et STANLEY, Tim. The Decorated Word: Qu’rans of the 17th to 19th centuries. Azimuth Editions and OUP, 1999.

[7] YIJIU, Jin. « The Qur’an in China ». In: Journal of Developing Societies, 1982, vol. 17, p. 95.

[8] Conférence de Nourane Ben Azzouna, le 15 février 2023 : https://callfront.hypotheses.org/2650


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
callfront (12 octobre 2023). Corans chinois : Entretien avec Mme Annie Vernay-Nouri, conservateure honoraire chargée des manuscrits arabes à la Bibliothèque nationale de France. CallFront. Consulté le 25 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/vq8o


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search